Schliessen

Casafair Logo

Pour un tou­risme alter­na­tif, éthique et durable

Sous le label Fairbnb, une nou­velle pla­te­forme de loca­tion per­met de conju­guer à par­tir d’avril un séjour avec un tou­risme plus responsable.

En 2018, Airbnb a fêté son dixième anni­ver­saire. La start-up dédiée au tou­risme et fondée dans un appar­te­ment de San Fran­cisco a aujourd’hui un impact impor­tant sur l’économie mon­diale. Rien qu’en Suisse, près de neuf cent mille per­sonnes ont réservé leur hébergement via cette pla­te­forme et Zurich, Genève et Lau­sanne figurent parmi les dix des­ti­na­tions les plus popu­laires. En quelques clics, il est pos­sible de réserver un appar­te­ment, une mai­son ou une simple chambre pour quelques jours ou plu­sieurs semaines. Or ce côté pra­tique et inno­vant cache une tout autre réalité. Airbnb n’apparaît plus seule­ment aujourd’hui comme un acteur de l’économie de par­tage. Il s’agit également d’un vrai busi­ness ampli­fiant la crise du loge­ment selon les régions un peu par­tout dans le monde. C’est donc pour éviter les dérives du tou­risme de masse qu’une nou­velle pla­te­forme de loca­tion de vacances entend pro­po­ser, à Genève aussi à par­tir d’avril, une expérience tou­ris­tique plus éthique et plus collaborative.

Un tou­risme plus responsable

Fairbnb (de « fair » = juste en anglais) est une idée alter­na­tive visant notam­ment à lut­ter contre la gen­tri­fi­ca­tion des villes. En effet, cinq villes européennes ont vu rapi­de­ment leur situa­tion se dégrader en rai­son de la trans­for­ma­tion d’Airbnb, qui est passé d’une simple pla­te­forme de loca­tion pour citoyens à un site pro­fes­sion­nel, aug­men­tant de fait les effets négatifs du tou­risme. Face à ce constat, des acti­vistes et des urba­nistes se sont réunis pour créer une solu­tion avec des retombées plus justes, équitables et coopératives. L’objectif de cette pla­te­forme née à Bologne ( Ita­lie ) est de remettre au centre le mot « par­tage » dans un concept d’économie col­la­bo­ra­tive. Comme l’explique l’antenne gene­voise de Fairbnb, composée d’Antonin Cal­de­ron, Gina Lundby et Samuel Brülisauer, « il s’agit d’une part de prendre en considération en prio­rité la com­mu­nauté locale et les per­sonnes plutôt que les bénéfices, et d’autre part de faci­li­ter des expériences de voyage durables et plus authen­tiques. Pour ce faire, la pla­te­forme per­met aux hôtes et aux voya­geurs d’entrer en contact de manière concrète et de créer du sens, tout en réduisant le coût pour la com­mu­nauté ». Pour y arri­ver, la pla­te­forme s’engage à être trans­pa­rente. Pour le côté durable, Fairbnb applique la poli­tique de l’« hôte unique » qui ne peut pro­po­ser qu’un seul bien sur la plateforme.

Finan­cer des pro­jets locaux avec les bénéfices

Avec la for­mule un bien – un hôte, il est pos­sible de finan­cer des pro­jets sociaux grâce aux coûts de com­mis­sion. En pra­tique, comme indique la nou­velle pla­te­forme, 50 % des bénéfices sont réinvestis dans des pro­jets locaux. Sur le site web rela­ti­ve­ment simple d’u­ti­li­sa­tion, les futurs usa­gers de Fairbnb pour­ront choi­sir quel pro­jet de com­mu­nauté ils sou­hai­te­ront sou­te­nir. De cette manière, sti­pule l’équipe gene­voise, « ils finan­ce­ront quelque chose d’utile pour ceux qui vivent dans la région ». A Genève, il est pos­sible par exemple d’aider plu­sieurs asso­cia­tions actives dans des domaines très différents.

Depuis Genève, la recherche de par­te­naires est lancée

Actuel­le­ment, les représentants de l’antenne gene­voise de Fairbnb recherchent acti­ve­ment des hôtes et des par­te­naires locaux. C’est en cau­tion­nant l’économie locale qu’il sera pos­sible, lors de la mise en ligne du site gene­vois sur la pla­te­forme Fairbnb, de sou­te­nir une économie sociale et soli­daire. Si les nou­velles tech­no­lo­gies sont par­fois accusées de dis­tendre les liens sociaux, Fairbnb a pour voca­tion de redon­ner du sens à l’échange dans un envi­ron­ne­ment de proxi­mité et de remettre l’humain au centre de l’économie numérique. En ce sens, la pla­te­forme digi­tale a l’avantage d’être un outil qui par­ti­cipe plei­ne­ment à une prospérité durable de la communauté.

L’Au­teur

Renzo Stros­cio

jour­na­liste RP



Bildquelle

  • 03 R.Stroscio Remettre Photo Droit François Joss: François Joss

Publicité