Schliessen

HabitatDurable
Bollwerk 35
Case postale 2464
3001 Berne
031 311 50 55
contact@habitatdurable.ch

© 2019 HabitatDurable Suisse

Mentions légales et conditions d'utilisation

Casafair Logo

Les voyages en avion ? Pour beau­coup c’est soit un rêve, soit une bana­lité. Mais on oublie trop faci­le­ment leurs consé­quences dra­ma­tiques pour l’environnement, la société et même l’urbanisme. Le cas de Genève est emblé­ma­tique : la crois­sance de son aéro­port est expo­nen­tielle. On comp­tait 8 mil­lions de pas­sa­gers 2003. Entre 2003 et 2017, ce chiffre a dou­blé, pour atteindre 17,6 mil­lions de voya­geurs, et cela ne devrait pas s’arrêter là.

Avec le Plan d’infrastructures aéro­nau­tiques (PSIA), la feuille de route réa­li­sée par la Confé­dé­ra­tion pour chaque aéro­port du pays, c’est jusqu’à 25 mil­lions de pas­sa­gers par année qui pour­ront être accueillis à Genève. Le nombre de vols devrait éga­le­ment aug­men­ter, pour atteindre un mou­ve­ment (décol­lage ou atter­ris­sage) toutes les 90 secondes. Pour essayer d’infléchir cette courbe expo­nen­tielle, des asso­cia­tions envi­ron­ne­men­tales et de rive­rains se sont unies pour faire entendre leur voix et ont créé en 2016 la CARPE (Coor­di­na­tion pour un aéro­port res­pec­tueux de la popu­la­tion et de l’environnement). Une coor­di­na­tion dont fait par­tie HabitatDurable Suisse romande.

Des nui­sances de plus en plus grandes

À l’échelon suisse, l’aviation repré­sente envi­ron 20 % des émis­sions de CO21. Nos conci­toyens voyagent deux fois plus en avion que leurs voi­sins euro­péens. Et ces émis­sions ne font qu’augmenter, anni­hi­lant les efforts consen­tis dans d’autres domaines pour réduire l’empreinte car­bone de la Suisse. Pro­blèmes car­diaques et pul­mo­naires, mala­dies psy­chiques, pro­blèmes d’apprentissage : les effets de ces pol­lu­tions sont majeurs et réels pour les rive­rains de l’aéroport … Tout cela a un coût. Si on ne connaît pas le nombre d’années de vies per­dues, on connaît le prix glo­bal infligé à la santé, chif­fré à 1,3 mil­liard pour le trans­port aérien au niveau suisse. Pour l’aéroport de Genève, une étude d’impact sur la santé menée par l’Université de Genève a arti­culé le chiffre de 52 mil­lions en 20162. L’aéroport, pou­mon éco­no­mique régio­nal, a un prix caché, qui se tra­duit par des mala­dies, de la pol­lu­tion, et une déva­lo­ri­sa­tion de biens immo­bi­liers pri­vés ou publics.

Une ini­tia­tive pour don­ner le change

Une ins­ti­tu­tion comme l’aéroport mérite un débat construc­tif inté­grant toutes les par­ties pre­nantes. C’est pour cela que la CARPE a lancé en 2016 une ini­tia­tive inti­tu­lée « Pour un pilo­tage démo­cra­tique de l’aéroport de Genève ». Elle avait pour but d’ancrer dans la Consti­tu­tion can­to­nale l’obligation pour l’aéroport de se déve­lop­per en tenant compte des rive­rains et de l’environnement. Le seul argu­ment éco­no­mique ne peut être l’unique base légale d’un géant aéro­por­tuaire hérité du siècle passé.

L’initiative a été accep­tée par le peuple gene­vois le 24 novembre 2019 à plus de 56 %. La CARPE veillera main­te­nant à ce qu’elle soit res­pec­tée dans les faits.

L’au­trice

Alice Genoud
Coor­di­na­trice de la CARPE

Pour plus d’informations :

carpe.ch



Publicité