Schliessen

Casafair Logo

Le renou­veau des pota­gers urbains

Mai­son & jar­din

Bio­di­ver­sité, Cli­mat, Jar­din

jeu, 04.04.2019

Ils jar­dinent sur d’anciens ter­rains de foot­ball ou dans des caisses bri­co­lées avec quelques planches, font pous­ser des légumes sur les toits, les bal­cons ou les îlots rou­tiers. Ces maraî­chers des temps modernes inventent une nou­velle façon de s’approprier l’espace urbain.

On entend sou­vent dire que la mode est aux pota­gers urbains. C’est oublier qu’il y a tou­jours eu des cita­dins aux pouces verts. Plates-bandes en bor­dure des mai­sons, arrière-cours, plan­tages et jar­dins fami­liaux, treilles, ter­rasses et bal­cons ont de tout temps été trans­for­més par leurs soins en oasis de ver­dure.

Des coopé­ra­tives inno­vantes

Mais jar­di­ner en ville a pris aujourd’hui une signi­fi­ca­tion nou­velle. Alors qu’autrefois, cha­cun maniait la bêche dans son coin, on assiste à une mul­ti­pli­ca­tion des col­lec­tifs et coopé­ra­tives autour du jar­di­nage.

Presque toutes les villes suisses voient éclore des pro­jets inno­vants et par­ti­ci­pa­tifs, comme la mise en culture de l’ancien stade de la Gur­ze­len à Bienne ou les pota­gers urbains de Pierre-à-Bot à Neu­châ­tel.

L’au­trice

Mirella Wepf

Mirella Wepf

Éxtrait de la Revue HabitatDurable 51

Revue Habitatdurable 51 | Avril 2019

Publicité