Schliessen

Casafair Logo

Les pro­prié­taires qui savent comp­ter votent OUI à la loi sur CO2

La loi sur le CO2 révi­sée intro­duit plu­sieurs chan­ge­ments d’importance, notam­ment pour le sec­teur immo­bi­lier. Il n’y aurait donc rien d’étonnant à ce que les pro­prié­taires la consi­dèrent d’un œil cri­tique. Or la réa­lité dément cette hypo­thèse : de façon inat­ten­due, les pro­prié­taires sont net­te­ment plus nom­breux dans le camp du oui.

Pour les pro­prié­taires de loge­ments, l’enjeu de la loi sur le CO2 n’est pas uni­que­ment la pro­tec­tion du cli­mat. Des aspects finan­ciers entrent éga­le­ment en ligne de compte. Les chiffres bran­dis par les oppo­sants sont cepen­dant très exa­gé­rés et ne résistent pas à un cal­cul incluant l’ensemble des coûts.

Consi­dé­ra­tions financières

De nom­breuses habi­ta­tions, en par­ti­cu­lier dans les régions rurales, sont déjà équi­pées d’un chauf­fage qui ménage le cli­mat. Leurs pro­prié­taires n’auront donc pas à s’acquitter de la taxe sur le CO2. La redis­tri­bu­tion du pro­duit de cette taxe inci­ta­tive, fon­dée sur le prin­cipe de cau­sa­lité, leur pro­cu­rera un béné­fice net, ainsi qu’à leurs locataires.

Les effets de la loi se feront en revanche sen­tir pour les pro­prié­taires qui chauffent leurs immeubles aux éner­gies fos­siles. Les bâti­ments sont construits pour durer 60 à 100 ans, et les réno­va­tions effec­tuées à inter­valle d’une ving­taine d’années. Les pro­prié­taires sont donc habi­tués à se pro­je­ter sur le long terme et à cal­cu­ler en fonc­tion de l’avenir, éga­le­ment lorsqu’il s’agit de rem­pla­cer une chau­dière en fin de course. Si l’on met en rap­port le mon­tant à inves­tir avec la durée de vie de l’installation, les sys­tèmes de chauf­fage renou­ve­lables s’avèrent aus­si­tôt beau­coup plus ren­tables, tant pour l’exploitation que pour l’entretien. Les pro­prié­taires qui isolent leur bien pro­fitent en outre de sub­ven­tions et de réduc­tions d’impôts.

Certes, tous les pro­prié­taires ne dis­posent pas des liqui­di­tés suf­fi­santes pour s’offrir une réno­va­tion éner­gé­tique et un nou­veau chauf­fage. Pour ceux qui ont atteint l’âge de la retraite, il devient en outre plus dif­fi­cile d’obtenir un prêt bancaire.

Le Par­le­ment a tenu compte de ces obs­tacles finan­ciers et ins­crit dans la loi plu­sieurs mesures qui les rendent sur­mon­tables. Il est par exemple prévu que la Confé­dé­ra­tion puisse se por­ter garante des réno­va­tions via le fonds Cli­mat, faci­li­tant ainsi le finan­ce­ment des cas de rigueur.

Large sou­tien des propriétaires

La vision obso­lète du lobby pétro­lier fait de moins en moins recette. Les pro­prié­taires qui n’ont pas envie de sacri­fier à des dépenses inutiles misent désor­mais sur des équi­pe­ments res­pec­tueux de l’environnement. HabitatDurable et l’ensemble de ses comi­tés régio­naux s’engagent avec convic­tion pour la loi sur le CO2. Ils sus­citent une large adhé­sion chez les propriétaires.



Bildquelle

  • iStock-917034220-Andrey­Po­pov-iStock: AndreyPopov/iStock

Publicité