Environnement intérieur

Qualité d'air intérieur / Moissisures

L'environnement intérieur est celui qui a le plus d'impact sur notre santé. Nous passons près de 80-85% de notre temps dans des environnements confinés comme le domicile, les véhicules, les lieux de travail, de loisirs, etc.

La quantité journalière d’air absorbée par le corps représente environ 8000 litres, alors que nous ingérons environ 1 kilo de nourriture et 2 litres de liquide.

Les sources ou vecteurs de pollution de l’air intérieur sont nombreux comme on le verra ci-dessous. Du fait de la diversité des polluants chimiques et biologiques dans l’air intérieur résultant de l’activité humaine, de nombreux effets ont pu être documentés: simple sensation d’inconfort ou gêne olfactive, irritation des yeux, du nez, de la gorge, diverses pathologies du système respiratoire (rhinites, bronchites, asthme, etc.), allergies et maux de tête. L’ensemble des maladies allergiques (asthme, conjonctivite, allergie alimentaire, etc.) a doublé en 20 ans et concerne 25 à 30% de la population dans les pays industrialisés.

Le radon
Le radon est un gaz naturel rare qui, sous certaines conditions, peut se concentrer dans nos habitations en quantité susceptible de menacer notre santé et dans le pire des cas, provoquer le cancer du poumon.
Le site de l’office fédéral de la santé publique donne de nombreuses informations pratiques sur le radon avec entre autres une carte Suisse du « risque radon » : www.bag.admin.ch/themen/strahlung/

Il est conseillé de faire un test radon si vous habitez dans une région sensible.

Humidité et moisissures 

Les problèmes d’humidité et de moisissures sont fréquemment rencontrés dans les habitations. Ils ne sont pas seulement inesthétiques mais peuvent aussi présenter un risque pour la santé. Voici quelques conseils pour venir à bout de ces hôtes indésirables :

Prévenir :

  • aérer 3x par jour en créant un courant d’air 5-10 min, même s’il pleut et qu’il fait froid
  • ne pas laisser la fenêtre inclinée en imposte
  • enclencher la ventilation lorsqu’on cuisine et après la douche
  • placer les meubles à une distance minimum de 10 cm des murs froids extérieurs

Reconnaître et agir :

  • S’il ne s’agit pas de défauts de la construction on peut enlever les traces de moisissures superficielles jusqu’à 0,5 m2 (70 cm x 70 cm) et dans des jointures avec une éponge et de l’alcool à 70% ou de l’alcool à brûler.
  • Il est déconseillé d’utiliser des produits à base de chlore, comme l’eau de Javel, en raison des vapeurs nocives pour la santé.
  • Consulter un spécialiste pour chercher la base du problème peut être judicieux.

Assainissement durable :

  • Lors d’une prolifération de moisissures denses sur une surface de plus de 100 cm2 (10 cm x 10 cm) ou en cas de traces de moisissures superficielles de plus de 0,5 m2 il faut recourir à un spécialiste pour un assainissement.
  • Il est important de comprendre les causes des moisissures pour arriver à un assainissement durable.

Le locataire qui constate un problème d’humidité est tenu d’en informer le bailleur. Ce dernier est responsable de l’assainissement.

Vous trouvez plus d’informations ainsi que la brochure édité sur cette problématique par l’Office fédéral de la santé publique à cette adresse.

Le formaldéhyde

De faible poids moléculaire, cette substance a la propriété de devenir gazeuse à température ambiante.
Le formaldéhyde a de très nombreuses sources et se trouve principalement dans les matériaux dérivés de bois collé, tels que les panneaux d'aggloméré, les panneaux de fibres (MDF) et les panneaux de bois contre-plaqués. Mais on en trouve également dans la fumée du tabac, les bougies, les bâtonnets d'encens, les cheminées à foyer ouvert, les cuisinières à gaz, les poêles à pétrole, les produits de construction et de décoration, les produits d'usage courant comme les produits d'entretien (détergents vaisselle, désinfectants, lingettes) et de traitement (insecticides) ainsi que dans les produits d'hygiène corporelle et les cosmétiques (vernis à ongles ou durcisseurs d'ongles).

Les composés organiques volatils (COV)
Ils regroupent plusieurs milliers de composés (hydrocarbures, solvants, ...). Ce sont des gaz et des vapeurs contenant du carbone, comme les vapeurs d'essence et les solvants. En raison de leurs propriétés intéressantes pour l'industrie ils entrent dans la composition de nombreux produits courants: peintures, produits de nettoyage, mousses isolantes, encres, colles, détachants, cosmétiques... Des COV sont également émis par le milieu naturel – la végétation méditerranéenne par exemple – et certaines zones cultivées.

Le formaldéhyde et les COV et sont tellement utilisés dans notre quotidien qu’il faut essayer de changer sa manière d’utiliser certains produits ou matériaux à risques sur le court ou moyen terme. De nombreux artisans ou PME nous offrent la possibilité de redécouvrir des alternatives plus naturelles et plus saines.

Dans tous les cas il faut aérer tous les jours son environnement intérieur.

Si les solutions simples préconisées ci-dessus ne vous suffisent pas, vous pouvez vous adresser à un spécialiste pour vérifier et visualiser la qualité de l’air intérieur de votre environnement de vie privé ou professionnel.

Les solutions sont basées sur deux axes selon les résultats : techniques du bâtiment avec le soutien de professionnels de la branche pour tous assainissements lourds (isolation, ventilation ou autres) et/ou l’amélioration du bien-être par l’approche d’une sensibilisation globale et l’utilisation de produits naturels, comme par exemple les plantes qui peuvent avoir une action bénéfique.

Dominique Loretan
D-TOX Habitat Conseils
HabitatDurable    |    Secrétariat central    |    Bollwerk 35    |    C.P. 2464    |    3001 Berne    |    031 311 50 55    |    [javascript protected email address]    |    >  vers les sections