Schliessen

Casafair Logo

Expé­rience pra­tique d’une autoconstruction

Construire son loge­ment soi-même, c’était le rêve des fon­da­teurs de la coopé­ra­tive d’habitants MOUL2. Ils ont trans­formé et agrandi un ancien mou­lin et la mai­son atte­nante pour créer huit loge­ments et cinq ate­liers arti­sa­naux. Retour sur une expé­rience pra­tique qui dure depuis onze ans.

En 2009, sept per­sonnes ont eu le rêve un peu fou de construire leur propre coopérative d’habitants. Leur choix s’est porté sur d’anciennes bâtisses : un mou­lin et la mai­son de meu­nier atte­nante à Bio­ley-Magnoux dans le Nord Vau­dois. Les bâtiments sont situés sur une par­celle de 0,8 ha qui borde la rivière Augine. Le pro­jet était très ambi­tieux et bien des par­te­naires ( coopérateurs, ins­ti­tuts finan­ciers, maîtres d’œuvre…) ont jeté l’éponge en cours de route. Mais malgré les difficultés rencontrées, un noyau dur de coopérateurs a tenu bon et à la fin de l’année passée, 95 % du pro­jet était réalisé.

Auto­cons­truc­tion mais avec de l’aide

Les coopérateurs de la MOUL2 se sont tous engagés à tra­vailler 8 heures par semaine sur le chan­tier. Mais auto­cons­truc­tion ne veut pas dire que les auto­cons­truc­teurs font tout eux-mêmes sans aide. La coopérative MOUL2 a pu comp­ter sur le sou­tien d’un archi­tecte qui a des­siné les plans et qui est aussi maître d’œuvre (sani­taire et électricien). Le chauf­fage au bois a également été ins­tallé par un spécialiste. De même, les coopérateurs ont pu comp­ter sur le sou­tien et les bons conseils d’autres maîtres d’œuvre qui les ont guidés dans les ques­tions tech­niques de construc­tion, notam­ment en ce qui concerne le démontage et remon­tage de mez­za­nines en bois.

Une coopérative écologique

Une coopérative d’habitants, de l’autoconstruction, une construc­tion écologique: MOUL2 cumule les qualités. Pour l’eau chaude sani­taire et un appoint chauf­fage, des pan­neaux solaires ther­miques chauffent l’eau dans un accu­mu­la­teur de 10 000 litres. Par beau temps, même en hiver, il n’est pas nécessaire d’enclencher le chauf­fage à bois. Des pan­neaux solaires photovoltaïques four­nissent de l’électricité durable.

Avan­tages et inconvénients de l’autoconstruction

Quand on demande à Patrick Koh­ler, che­ville ouvrière des coopérateurs, quels sont les avan­tages de l’autoconstruction, ce der­nier est inta­ris­sable. Pour lui, l’autoconstruction est avant tout l’application concrète du concept de développement durable (aspects écologiques, sociaux, économiques) mais elle per­met aussi d’apprendre des tech­niques et ensuite de réparer en cas de besoin. L’autoconstruction, c’est également expérimenter, être créatif. Elle tisse des liens et apprend l’humilité. Pour ce qui est des inconvénients, Patrick Koh­ler estime qu’« au vu de la faible, voire très faible pro­duc­ti­vité, com­pa­ra­ti­ve­ment à celle des arti­sans, on peut considérer l’autoconstruction comme une aber­ra­tion économique. Il est plus ration­nel ( en termes stric­te­ment économiques ) d’engager du per­son­nel qua­li­fié et d’utiliser ses heures pour générer un revenu, même faible. » Il faut avoir beau­coup de temps à dis­po­si­tion, voire tra­vailler à temps par­tiel ; et il faut une bonne dose de patience et d’endurance, mais le résultat en vaut la peine.

L’au­trice

Vero­nika Pan­tillon
Rédac­trice Revue « HabitatDurable »

Éxtrait de la Revue HabitatDurable 59



Bildquelle

  • 07-MOUL2-copy-Coopérative-MOUL2: Cooperative MOUL2
  • Vero­nika Pantillon: Ruben Sprich

Publicité