Schliessen

Casafair Logo

Une loca­tion équi­table, c’est quoi ?

Le débat autour de la loca­tion équi­table nous enseigne trois choses. Pre­miè­re­ment, le cal­cul du loyer doit être com­pré­hen­sible. Deuxiè­me­ment, pour une bonne rela­tion entre le bailleur et le loca­taire il est indis­pen­sable d’établir une bonne com­mu­ni­ca­tion. Troi­siè­me­ment, il est par­fai­te­ment admis­sible que le bailleur tire un pro­fit rai­son­nable de la loca­tion de son bien.

« Un loyer équi­table ne doit pas for­cé­ment être un loyer bas », estime Karin Weis­sen­ber­ger, conseillère pour HabitatDurable Zurich. Mais un loyer équi­table signi­fie que les coûts sont jus­ti­fiés. Le bailleur doit donc être en mesure d’expliquer au loca­taire com­ment le loyer est cal­culé. Dif­fé­rents élé­ments entrent dans ce cal­cul : les frais acces­soires, les frais d’entretien, les réserves, mais aussi les coûts liés à l’hypothèque. De par sa longue expé­rience comme gérante immo­bi­lière, Karin Weis­sen­ber­ger a com­pris qu’il est essen­tiel de bien com­mu­ni­quer avec les loca­taires. La com­mu­ni­ca­tion fait sou­vent défaut parce que les bailleurs estiment qu’ils ne doivent pas se jus­ti­fier auprès des loca­taires. « Les bailleurs devraient consi­dé­rer les loca­taires comme des clients fidèles », déclare la spé­cia­liste.

2 % de ren­de­ment sont accep­tables

Dans le cadre d’une rela­tion de bail trans­pa­rente, les par­ties peuvent par­ler ouver­te­ment du thème sen­sible qu’est le ren­de­ment. « Il est tout à fait admis­sible que le pro­prié­taire tire un ren­de­ment de son bien immo­bi­lier », estiment les deux conseillers immo­bi­liers d’HabitatDurable, Karin Weis­sen­ber­ger et Michel Wyss. Les bailleurs assument le risque de l’immeuble. Ils doivent rem­bour­ser l’hypothèque, payer les inté­rêts hypo­thé­caires et consti­tuer des réserves pour l’entretien et les réno­va­tions. « Les pro­prié­taires inves­tissent beau­coup de capi­tal dans leur bien, sou­vent aussi leur pré­voyance pro­fes­sion­nelle. »

L’au­teur

Stefan Hartmann

Ste­fan Hart­mann

Éxtrait de la Revue HabitatDurable 55

Loge­ment des seniors à l’horizon 2040

Le vieillis­se­ment de la popu­la­tion concerne tous les pays occi­den­taux, et le can­ton de Vaud ne fait pas excep­tion. L’organisation des loge­ments de demain doit non seule­ment tenir compte d’une popu­la­tion net­te­ment plus âgée, mais éga­le­ment que les seniors ont des besoins spé­ci­fiques.

Sta­tis­tique Vaud a publié une étude s’intéressant aux besoins en loge­ments d’une popu­la­tion âgée tou­jours plus nom­breuse.

En effet, alors que le can­ton de Vaud compte 125 800personnes de 65 ans et plus aujourd’hui, les seniors seront entre 207 000 et 233 000 à l’horizon de 2040. L’organisation des loge­ments de demain doit tenir compte de leurs besoins spé­ci­fiques.

Les seniors et le loge­ment

Mal­gré le fait que les seniors ne sont pas une popu­la­tion homo­gène, ils sont sou­vent concer­nés par deux étapes mar­quantes dans leur par­cours de vie. D’une part, l’arrivée à la retraite les amène à pas­ser plus de temps dans leur loge­ment. Ce lieu est investi dif­fé­rem­ment après la ces­sa­tion de l’activité pro­fes­sion­nelle, avec un ren­for­ce­ment de sa fonc­tion iden­ti­taire. Cette fonc­tion se tra­duit pour les seniors par une volonté de vivre le plus long­temps pos­sible dans leur loge­ment et par une faible pro­pen­sion à démé­na­ger. D’autre part, un pro­ces­sus de fra­gi­li­sa­tion sur­vient iné­luc­ta­ble­ment avec l’avancée en âge. Il peut se mani­fes­ter par une perte de mobi­lité (renon­ce­ment à conduire, dif­fi­cul­tés dans les mou­ve­ments et les trans­ports, risques de chutes, etc.).

L’au­trice

Carole Mar­tin
Cheffe de pro­jets

Éxtrait de la Revue HabitatDurable 55

Habi­tat sain – réduc­tion de l’e­lec­tros­mog

Le terme « Elec­tros­mog » signi­fie pol­lu­tion ou rayon­ne­ment élec­tro­ma­gné­tique (REM). Dans d’autres sources, il est aussi appelé champ élec­tro­ma­gné­tique (CEM), onde élec­tro­ma­gné­tique (OEM) ou rayon­ne­ment non ioni­sant (RNI). Le domaine de l’ha­bi­tat sain inclut et traite depuis rela­ti­ve­ment long­temps les thèmes sui­vants : qua­lité des maté­riaux de construc­tion, qua­lité de l’air (agents de pol­lu­tion urbaine, COV, moi­sis­sures, chaleur/humidité, radon), qua­lité du réseau d’eau, géo­bio­lo­gie. Mais on ne prend pas encore suf­fi­sam­ment en compte les REM qui ont pour­tant comme carac­té­ris­tique de tra­ver­ser les maté­riaux, l’air, l’eau et nos corps.

Est-on égaux face à l’ex­po­si­tion au REM ?

Au stade de fœtus et jus­qu’à l’adolescence, l’impact du REM est plus impor­tant qu’au stade adulte. Les femmes enceintes, les nour­ris­sons, les enfants et les ado­les­cents devraient donc être par­ti­cu­liè­re­ment pro­té­gés. L’im­pact du REM sur une per­sonne en phase de som­meil est par ailleurs plus impor­tant que sur une per­sonne réveillée. Une par­tie de la popu­la­tion, sur­tout urbaine – donc très expo­sée au REM – est en train de dépas­ser son seuil de tolé­rance au REM et cer­taines per­sonnes ont déjà bas­culé dans un état d’élec­tro­hy­per­sen­si­bi­lité (EHS). Le nombre de per­sonnes tou­chées par ce syn­drome ne cesse d’aug­men­ter, en cor­ré­la­tion avec l’aug­men­ta­tion expo­nen­tielle du REM dans nos loca­li­tés. Elles sont, bien mal­gré elles, des sen­ti­nelles qui doivent nous aler­ter sur les risques sani­taires incon­si­dé­rés que nous font prendre l’in­dus­trie des télé­com­mu­ni­ca­tions, leurs lob­bies et nos auto­ri­tés.

L’au­teur

Daniel Perrenoud

Daniel Per­re­noud
Membre du comité d’HabitatDurable Suisse romande

Éxtrait de la Revue HabitatDurable 53

Quelques sites de réfé­rence :

  • Info­lettre, exper­tises, mesures, articles et dos­siers bien docu­men­tés sur les REM: www.pierredubochet.ch
  • Exper­tises, mesures, articles et dos­siers bien docu­men­tés sur les REM: www.electrosmogtech.ch
  • Site de par­tage, conseil et infor­ma­tion pour les per­sonnes élec­tro-hyper­sen­sible (EHS): www.gigasmog.ch/
  • Asso­cia­tion Romande Alerte aux ondes élec­tro­ma­gné­tiques (ARA): www.alerte.ch/fr/
  • Col­lec­tif de citoyens suisses deman­dant aux auto­ri­tés que des pré­cau­tions soient prises concer­nant la tech­no­lo­gie 5G: www.stop5g.ch/
  • Site fran­çais de vente d’é­qui­pe­ment et maté­riel pour réduire l’élec­tros­mog : www.geotellurique.fr/
  • Réso­lu­tion 1815 du Conseil de l’Eu­rope : recon­nais­sance du dan­ger et recom­man­da­tion d’a­bais­se­ment des seuils d’ex­po­si­tion des antennes-relais : assembly.coe.int/nw/xml/XRef/Xref-XML2HTML-FR.asp?fileid=17994
  • An envi­ron­men­tal and consu­mer pro­tec­tion orga­ni­za­tion dedi­ca­ted to pro­tec­ting against elec­tro­ma­gne­tic fields and radia­tion (english/deutsch): www.emfdata.org/en
  • A Ratio­nale for Bio­lo­gi­cally-based Expo­sure Stan­dards for Low-Inten­sity Elec­tro­ma­gne­tic Radia­tion (english only): bioinitiative.org/

Biblio­gra­phie :

  • Livret réduire son expo­si­tion aux ondes élec­tro­ma­gné­tiques
    par Bruno Geissert/Geotellurique.fr, 2017, chez www.geotellurique.fr/28-librairie
  • Réduire les ondes élec­tro­ma­gné­tiques, c’est parti !
    par Carl de Miranda, Ed. Jou­vence, EAN13 : 9782889117024
  • Com­ment se pro­té­ger des ondes élec­tro­ma­gné­tiques ?
    par David Bruno, 2016, EAN13 : 9782955260104

Besoin crois­sant de loge­ments adap­tés aux senior‑e‑s

Les membres d’HabitatDurable sont nom­breux à se pré­oc­cu­per du loge­ment qu’ils habi­te­ront dans leurs vieux jours. Ce sujet est en effet sou­vent abordé lors des consul­ta­tions avec les expert·e·s d’HabitatDurable. Nous avons donc décidé de trai­ter de ce thème et nous pen­chons sur les sta­tis­tiques et sur la courbe de vieillis­se­ment de la popu­la­tion.

Le besoin en loge­ments adap­tés aux senior·e·s va rapi­de­ment aug­men­ter en Suisse. Cette évo­lu­tion se lit clai­re­ment dans les chiffres de l’Office fédé­ral de la sta­tis­tique (OFS). En 2025, une per­sonne sur cinq aura plus de 65 ans, et en 2035, une per­sonne sur quatre. Près de 800’000 per­sonnes seront alors âgées de 80 ans ou plus.

Pour cal­cu­ler l’évolution de la popu­la­tion suisse, les sta­tis­ti­cien ·ne·s uti­lisent un indi­ca­teur appelé « rap­port de dépen­dance des per­sonnes âgées ». Il ren­seigne sur le nombre de per­sonnes âgées de 65 ans et plus sup­po­sées dépen­dantes de l’activité éco­no­mique de 100 per­sonnes en âge de tra­vailler (20 – 64 ans). À l’inverse, le rap­port de dépen­dance des jeunes éta­blit le nombre de jeunes de 0 à 19 ans pour 100 actifs.

L’au­teur

Andreas Käsermann

Andreas Käser­mann
Res­pon­sable d’in­for­ma­tion et des médias d’Ha­bi­tat­Du­rable

Éxtrait de la Revue HabitatDurable 52

Le loge­ment des senior·e·s en Suisse

  • 96% des senior·e·s logent dans leur propre domi­cile, et 4% dans un éta­blis­se­ment médico-social ou hos­pi­ta­lier.
  • Un tiers des senior·e·s vivent seuls, 56% dans un ménage de deux per­sonnes.
  • 31% des retraité·e·s habitent une mai­son indi­vi­duelle.
  • Sur dix senior·e·s loca­taires, huit paient un loyer de moins de 1500.– par mois.
  • La sur­face habi­table moyenne occu­pée par un·e retraité·e est de 109 m², répar­tis sur 4 pièces.

Bildquelle

  • Andreas Käser­mann: Ruben Sprich
  • There’s nothing like a good old tea party!: Cecilie Arcurs/iStock

Publicité