Energiekrise Archives – HabitatDurable

Schliessen

Casafair Logo

En suisse, les bâti­ments repré­sentent envi­ron 45% de la consom­ma­tion d’éner­gie totale du pays.

La moi­tié de cette consom­ma­tion peut être impu­tée au chauf­fage des locaux et de l’eau chaude. Dans les immeubles plus anciens, la part rela­tive au chauf­fage des locaux est pré­pon­dé­rante par rap­port à celle de l’eau. Tous les bâti­ments ne peuvent être réno­vés et iso­lés rapi­de­ment, il est donc urgent d’a­dop­ter des solu­tions moins radi­cales, mais per­met­tant néan­moins d’im­por­tantes éco­no­mies d’énergie.

Il est démon­tré que, lorsque le prin­cipe du consom­ma­teur-payeur est appli­qué et que les habi­tants ont la pos­si­bi­lité d’a­dop­ter des com­por­te­ments qui leur per­mettent de faire eux-mêmes des éco­no­mies, la consom­ma­tion d’éner­gie de l’im­meuble peut bais­ser de 15 à 20 %. Pour que cela soit pos­sible, tous les loge­ments de l’im­meuble doivent être équi­pés de comp­teurs d’éner­gie indi­vi­duels. Les coûts ini­tiaux d’ins­tal­la­tion sont rela­ti­ve­ment faibles, entre 50 et 100 francs par comp­teur, selon les fabri­cants. L’ins­tal­la­tion de ces comp­teurs indi­vi­duels per­met au loca­taire d’être conscient de sa propre consom­ma­tion, ce qui a un impact posi­tif sur sa fac­ture de chauf­fage. De leur côté, les pro­prié­taires amé­liorent dura­ble­ment leurs immeubles et rendent ainsi leurs loge­ments plus attrac­tifs sur le mar­ché. Quant aux frais d’ex­ploi­ta­tion des comp­teurs, qui englobent notam­ment les frais d’en­tre­tien et de ser­vice des appa­reils d’en­re­gis­tre­ment (fac­tu­ra­tion, piles, etc.), ils doivent être inté­grés au décompte annuel de chauffage.

Cer­taines col­lec­ti­vi­tés publiques sou­tiennent l’ins­tal­la­tion des comp­teurs indi­vi­duels par des aides finan­cières. La ville de Neu­châ­tel accorde une sub­ven­tion de 50 % des frais liés à l’é­qui­pe­ment de comp­teurs indi­vi­duels. À Genève, l’ins­tal­la­tion de comp­teurs indi­vi­duels est déjà une obli­ga­tion dans cer­tains cas (nou­veaux bâti­ments sauf Miner­gie; anciens bâti­ments très éner­gi­vores construits avant 1993). À Lau­sanne, aucune obli­ga­tion n’existe pour les très nom­breux anciens immeubles, mais un pos­tu­lat dans ce sens vient d’être déposé au Grand Conseil.

HabitatDurable recom­mande donc vive­ment aux pro­prié­taires d’ins­tal­ler des comp­teurs indi­vi­duels d’éner­gie dans leurs immeubles, si ce n’est déjà fait. Le ser­vice-conseil don­nera toute infor­ma­tion utile à ce sujet.

Extrait de la Revue HabitatDurable 69

L’Au­teur

Joël Desaules

Joël Desaules

avo­cat et média­teur
Pré­sident d’HabitatDurable Neuchâtel

L’augmentation du prix de l’énergie et les incer­ti­tudes qui pèsent sur les évo­lu­tions futures affectent les ménages et com­pliquent l’estimation des frais acces­soires à ins­crire au bud­get. Il y a plu­sieurs manières de fac­tu­rer ces frais, ordi­nai­re­ment soit en impu­tant les coûts effec­tifs aux loca­taires sur la base d’un décompte détaillé, soit en pré­le­vant un mon­tant for­fai­taire. Si les frais acces­soires sont inclus dans le loyer, nous vous recom­man­dons de prendre conseil auprès d’un·e professionnel·le.

Lorsque les loca­taires s’acquittent des frais acces­soires via un mon­tant for­fai­taire selon l’art. 4 OBLF, le bailleur ou la baille­resse sup­porte le risque d’un ren­ché­ris­se­ment de l’énergie. Il lui incombe de payer les sur­coûts qui en résultent. Les for­faits sont cal­cu­lés à par­tir des valeurs moyennes des trois années pré­cé­dentes. La hausse du for­fait ne com­pense donc celle des prix qu’avec un temps de retard, et ne peut être rétro­ac­tive. Cette modi­fi­ca­tion uni­la­té­rale du contrat doit obli­ga­toi­re­ment être com­mu­ni­quée au moyen de la for­mule offi­cielle avec effet à l’échéance du pro­chain délai de congé. Les loca­taires sont libres de la contes­ter. HabitatDurable recom­mande d’abandonner le modèle du for­fait et de pas­ser à la fac­tu­ra­tion des frais acces­soires effec­tifs avec ver­se­ment d’acomptes.

Dans ce cas, les loca­taires s’acquittent des frais acces­soires effec­tifs et versent un acompte men­suel. Le bailleur ou la baille­resse éta­blit un décompte annuel. Si cela vous semble trop com­pli­qué, vous pou­vez confier cette tâche à un·e professionnel·le de notre réseau de conseil. N’hésitez pas à nous contac­ter à ce sujet !

Si vous appli­quez déjà le sys­tème des acomptes, des ver­se­ments com­plé­men­taires consé­quents seront très pro­ba­ble­ment exi­gibles à la fin de la période de chauf­fage. Le bailleur ou la baille­resse ont tout inté­rêt à véri­fier sans tar­der le mon­tant des frais acces­soires à venir et à adap­ter les acomptes si néces­saire. Le plus simple est d’obtenir une aug­men­ta­tion volon­taire de la part des loca­taires. Pro­po­sez-leur par cour­rier (com­pre­nant un cou­pon-réponse) de ver­ser un sup­plé­ment d’un mon­tant fixe ou à choix à par­tir d’une cer­taine date. Le bailleur ou la baille­resse peut aussi ajus­ter les acomptes par une modi­fi­ca­tion uni­la­té­rale du contrat de bail com­mu­ni­quée avec la for­mule offi­cielle en obser­vant le délai de congé.

HabitatDurable recom­mande dans tous les cas de prendre les devants et d’informer pré­ven­ti­ve­ment les loca­taires de manière trans­pa­rente sur l’évolution des frais acces­soires. Une aug­men­ta­tion tem­po­raire pour cause de hausse du prix des com­bus­tibles fos­siles sera mieux accep­tée s’il est prévu de rem­pla­cer le sys­tème de chauf­fage par une solu­tion plus écologique.

HabitatDurable vous conseille en outre de

  • rap­pe­ler régu­liè­re­ment aux loca­taires ce qu’ils peuvent faire pour éco­no­mi­ser l’énergie ;

  • gérer la consom­ma­tion d’énergie en contrô­lant les efforts d’économie et en infor­mant pério­di­que­ment les loca­taires des pro­grès réa­li­sés ; cela met en confiance et aide à se motiver ;

  • fac­tu­rer les frais de chauf­fage et d’eau indé­pen­dam­ment de la consom­ma­tion, lorsque cela est pos­sible sans trop de tracas ;

  • prendre contact suf­fi­sam­ment tôt avec ses loca­taires, lorsqu’une hausse des frais acces­soires est en vue.

  • En cas de doute, faites exa­mi­ner le contrat de bail par un·e professionnel·le pour vous assu­rer qu’il est conforme à la juris­pru­dence en vigueur.

HabitatDurable vous recom­mande une série de mesures appli­cables sans tar­der pour pal­lier la pénu­rie et atteindre l’objectif fixé par la Confé­dé­ra­tion, qui table sur une réduc­tion de 15 % de la consom­ma­tion d’énergie des ménages suisses. Les pistes sug­gé­rées vous invitent à entre­prendre rapi­de­ment les pre­mières démarches et devraient vous encou­ra­ger à abor­der d’autres étapes par la suite. Ces recom­man­da­tions n’ont rien de nou­veau, mais elles mettent le doigt sur des habi­tudes de consom­ma­tion qui nous sont chères (à tous les sens du terme) et conduisent à un énorme gas­pillage d’énergie. En agis­sant tous et toutes dès main­te­nant, nous nous épar­gnons de gros pro­blèmes, éco­no­mi­sons de l’argent et pro­té­geons notre cli­mat et notre envi­ron­ne­ment, déjà for­te­ment dégradés.

Conseils et recommandations 

Des mesures pré­ven­tives rapides à mettre en œuvre, qui peuvent dras­ti­que­ment réduire votre consom­ma­tion d’énergie

  • Iso­la­tion des fenêtres et des portes don­nant sur l’extérieur
    Véri­fiez l’isolation en coin­çant une feuille de papier entre le cadre et le bat­tant : si vous pou­vez la reti­rer lorsque la fenêtre est fer­mée, il est temps de rem­pla­cer les joints iso­lants. Vous en trou­ve­rez à bon mar­ché dans les enseignes de bricolage.

  • Volets à per­siennes
    Les volets fer­més créent un cli­mat inter­mé­diaire qui dimi­nue le refroi­dis­se­ment des vitres et amé­liore le confort du logement.

  • Aéra­tion
    Aérer géné­reu­se­ment, mais briè­ve­ment, et évi­ter de lais­ser les fenêtres ouvertes en imposte.

  • Chauf­fage
    Faites régu­liè­re­ment entre­te­nir votre chaudière.

  • Tem­pé­ra­ture des pièces
    Réglez la tem­pé­ra­ture de votre pièce à vivre à 20 degrés, à 16 degrés dans les chambres à cou­cher et à 23 degrés dans la salle de bain. Les ther­mo­mètres ne coûtent pas cher. Il est naïf de pen­ser qu’on peut se tenir chez soi en t‑shirt en hiver sans consé­quence pour l’environnement et le porte-monnaie.

  • Pompe de cir­cu­la­tion de la chau­dière
    Faites rem­pla­cer votre vieille pompe par un modèle moins gour­mand en énergie.

  • Courbe de chauffe/température de départ/abaissement noc­turne
    Véri­fiez ces para­mètres ou faites-les réini­tia­li­ser par le tech­ni­cien en charge du service.

  • Radia­teurs
    Si les radia­teurs émettent des gar­gouillis et ne chauffent plus vrai­ment, videz-les de leur air et dotez-les d’une vanne ther­mo­sta­tique pour régu­ler la four­ni­ture de chaleur.

  • Chauffe-eau
    Une tem­pé­ra­ture de 60 degrés suf­fit pour le chauffe-eau. Selon la dureté de l’eau, un détar­trage s’impose tous les 3 – 5 ans.

  • Une douche plu­tôt qu’un bain
    Rem­plir une bai­gnoire néces­site 170 litres d’eau chaude, se dou­cher seule­ment 50, et encore moins avec un pom­meau économique.

  • Lampes basse consom­ma­tion
    Rem­pla­cez les ampoules à incan­des­cence éner­gi­vores par des LED, qui existent aujourd’hui dans des desi­gns variés et s’adaptent à tous les modèles de lampes.
  • Pen­ser à éteindre la lumière
    Étei­gnez les lampes dans les pièces inuti­li­sées ou ins­tal­lez des cap­teurs de mou­ve­ment qui se char­ge­ront de gérer la lumière en l’éteignant auto­ma­ti­que­ment lorsqu’il n’y a per­sonne dans la pièce.

  • Mode veille
    Désac­ti­vez le mode veille de vos appa­reils en cas d’absence ou d’inutilisation pro­lon­gée et recou­rez à des bar­rettes mul­ti­prises munies d’un interrupteur.

  • Appa­reils ména­gers
    Rem­pla­cez votre vieux frigo et votre lave-vais­selle par les modèles les plus efficients.

  • Sèche-linge
    N’utilisez le sèche-linge que lorsque vous n’avez pas la pos­si­bi­lité de faire sécher votre linge au soleil, une source d’énergie qui ne coûte rien.

  • Réfrigérateur/Congélateur
    Ne réglez pas vos appa­reils en des­sous de 7°/- 18° degrés – moins froid, c’est mieux.

  • Lave-vais­sel­le/­lave-linge
    Choi­sis­sez un pro­gramme éco et ne faites tour­ner les appa­reils que lorsqu’ils sont vrai­ment pleins.

  • Sous-sol non habité/garage
    Étei­gnez le chauf­fage et iso­lez le pla­fond de votre cave. On trouve sur le mar­ché un grand choix de maté­riaux adé­quats faciles à ins­tal­ler soi-même.

  • Portes du loge­ment ou du cou­loir menant à la cave
    En iso­lant ces portes et y appo­sant un petit seuil si néces­saire, vous évi­te­rez les cou­rants d’air froid désa­gréables qui remontent de la cave.

  • Combles
    Vos combles sont inha­bi­tés et ne vous servent que de débar­ras ? Là aussi, l’isolation du plan­cher – qui peut être réa­li­sée soi-même – per­met de sub­stan­tielles éco­no­mies. Une bonne occa­sion de mettre de l’ordre dans le gre­nier, pour n’y conser­ver que le nécessaire.

  • Défauts d’étanchéité
    Les join­tures, par exemple entre les parois et les poutres, pré­sentent sou­vent des défauts d’étanchéité qui causent d’importantes pertes de cha­leur. Iden­ti­fiez ces fuites et bou­chez soi­gneu­se­ment les inter­stices avec du maté­riel de com­ble­ment et un tube de mastic

Abor­dez ces recom­man­da­tions judi­cieuses de manière ludique en vous fixant vos propres « objec­tifs de réduc­tion ». Dis­cu­tez-en avec vos enfants ou vos voi­sins : ils seront sûre­ment ravis de par­ti­ci­per et de s’amuser à qui épar­gnera la plus grande quan­tité d’énergie. La plu­part de ces conseils peuvent être mis en œuvre de suite et ne néces­sitent pas l’intervention d’un arti­san. Dans le cas contraire, l’investissement sera rapi­de­ment amorti grâce aux gains d’énergie. Mesu­rez, contrô­lez, com­pa­rez vos résul­tats, et réjouis­sez-vous des pro­grès accomplis.

Nous vous sou­hai­tons bon cou­rage ! N’hésitez pas à nous contac­ter en cas de ques­tion, nous nous ferons un plai­sir de vous aider.

L’au­teur

Hannes Heuberger

Hannes J. Heu­ber­ger
Conseiller HabitatDurable Pla­teau Suisse, Bau­Be­ra­tun­gen hjh, Wahlendorf

Tra­duc­tion

Béné­dicte Savary

Plus de conseils pour les pro­prié­taires* de logements

Publicité