Schliessen

Casafair Logo

Conseils pour faire face à la pénu­rie éner­gé­tique: Fiche d’information pour les bailleurs et baille­resses de logements

L’augmentation du prix de l’énergie et les incer­ti­tudes qui pèsent sur les évo­lu­tions futures affectent les ménages et com­pliquent l’estimation des frais acces­soires à ins­crire au bud­get. Il y a plu­sieurs manières de fac­tu­rer ces frais, ordi­nai­re­ment soit en impu­tant les coûts effec­tifs aux loca­taires sur la base d’un décompte détaillé, soit en pré­le­vant un mon­tant for­fai­taire. Si les frais acces­soires sont inclus dans le loyer, nous vous recom­man­dons de prendre conseil auprès d’un·e professionnel·le.

Lorsque les loca­taires s’acquittent des frais acces­soires via un mon­tant for­fai­taire selon l’art. 4 OBLF, le bailleur ou la baille­resse sup­porte le risque d’un ren­ché­ris­se­ment de l’énergie. Il lui incombe de payer les sur­coûts qui en résultent. Les for­faits sont cal­cu­lés à par­tir des valeurs moyennes des trois années pré­cé­dentes. La hausse du for­fait ne com­pense donc celle des prix qu’avec un temps de retard, et ne peut être rétro­ac­tive. Cette modi­fi­ca­tion uni­la­té­rale du contrat doit obli­ga­toi­re­ment être com­mu­ni­quée au moyen de la for­mule offi­cielle avec effet à l’échéance du pro­chain délai de congé. Les loca­taires sont libres de la contes­ter. HabitatDurable recom­mande d’abandonner le modèle du for­fait et de pas­ser à la fac­tu­ra­tion des frais acces­soires effec­tifs avec ver­se­ment d’acomptes.

Dans ce cas, les loca­taires s’acquittent des frais acces­soires effec­tifs et versent un acompte men­suel. Le bailleur ou la baille­resse éta­blit un décompte annuel. Si cela vous semble trop com­pli­qué, vous pou­vez confier cette tâche à un·e professionnel·le de notre réseau de conseil. N’hésitez pas à nous contac­ter à ce sujet !

Si vous appli­quez déjà le sys­tème des acomptes, des ver­se­ments com­plé­men­taires consé­quents seront très pro­ba­ble­ment exi­gibles à la fin de la période de chauf­fage. Le bailleur ou la baille­resse ont tout inté­rêt à véri­fier sans tar­der le mon­tant des frais acces­soires à venir et à adap­ter les acomptes si néces­saire. Le plus simple est d’obtenir une aug­men­ta­tion volon­taire de la part des loca­taires. Pro­po­sez-leur par cour­rier (com­pre­nant un cou­pon-réponse) de ver­ser un sup­plé­ment d’un mon­tant fixe ou à choix à par­tir d’une cer­taine date. Le bailleur ou la baille­resse peut aussi ajus­ter les acomptes par une modi­fi­ca­tion uni­la­té­rale du contrat de bail com­mu­ni­quée avec la for­mule offi­cielle en obser­vant le délai de congé.

HabitatDurable recom­mande dans tous les cas de prendre les devants et d’informer pré­ven­ti­ve­ment les loca­taires de manière trans­pa­rente sur l’évolution des frais acces­soires. Une aug­men­ta­tion tem­po­raire pour cause de hausse du prix des com­bus­tibles fos­siles sera mieux accep­tée s’il est prévu de rem­pla­cer le sys­tème de chauf­fage par une solu­tion plus écologique.

HabitatDurable vous conseille en outre de

  • rap­pe­ler régu­liè­re­ment aux loca­taires ce qu’ils peuvent faire pour éco­no­mi­ser l’énergie ;

  • gérer la consom­ma­tion d’énergie en contrô­lant les efforts d’économie et en infor­mant pério­di­que­ment les loca­taires des pro­grès réa­li­sés ; cela met en confiance et aide à se motiver ;

  • fac­tu­rer les frais de chauf­fage et d’eau indé­pen­dam­ment de la consom­ma­tion, lorsque cela est pos­sible sans trop de tracas ;

  • prendre contact suf­fi­sam­ment tôt avec ses loca­taires, lorsqu’une hausse des frais acces­soires est en vue.

  • En cas de doute, faites exa­mi­ner le contrat de bail par un·e professionnel·le pour vous assu­rer qu’il est conforme à la juris­pru­dence en vigueur.

L’Au­teur

Nadim Cham­mas
Rédac­teur

Tra­duc­tion

Béné­dicte Savary

Conseils pour faire face à la pénu­rie d’énergie: Fiche d’information pour les per­sonnes pro­prié­taires de leur logement

HabitatDurable vous recom­mande une série de mesures appli­cables sans tar­der pour pal­lier la pénu­rie et atteindre l’objectif fixé par la Confé­dé­ra­tion, qui table sur une réduc­tion de 15 % de la consom­ma­tion d’énergie des ménages suisses. Les pistes sug­gé­rées vous invitent à entre­prendre rapi­de­ment les pre­mières démarches et devraient vous encou­ra­ger à abor­der d’autres étapes par la suite. Ces recom­man­da­tions n’ont rien de nou­veau, mais elles mettent le doigt sur des habi­tudes de consom­ma­tion qui nous sont chères (à tous les sens du terme) et conduisent à un énorme gas­pillage d’énergie. En agis­sant tous et toutes dès main­te­nant, nous nous épar­gnons de gros pro­blèmes, éco­no­mi­sons de l’argent et pro­té­geons notre cli­mat et notre envi­ron­ne­ment, déjà for­te­ment dégradés.

Conseils et recommandations 

Des mesures pré­ven­tives rapides à mettre en œuvre, qui peuvent dras­ti­que­ment réduire votre consom­ma­tion d’énergie

  • Iso­la­tion des fenêtres et des portes don­nant sur l’extérieur
    Véri­fiez l’isolation en coin­çant une feuille de papier entre le cadre et le bat­tant : si vous pou­vez la reti­rer lorsque la fenêtre est fer­mée, il est temps de rem­pla­cer les joints iso­lants. Vous en trou­ve­rez à bon mar­ché dans les enseignes de bricolage.

  • Volets à per­siennes
    Les volets fer­més créent un cli­mat inter­mé­diaire qui dimi­nue le refroi­dis­se­ment des vitres et amé­liore le confort du logement.

  • Aéra­tion
    Aérer géné­reu­se­ment, mais briè­ve­ment, et évi­ter de lais­ser les fenêtres ouvertes en imposte.

  • Chauf­fage
    Faites régu­liè­re­ment entre­te­nir votre chaudière.

  • Tem­pé­ra­ture des pièces
    Réglez la tem­pé­ra­ture de votre pièce à vivre à 20 degrés, à 16 degrés dans les chambres à cou­cher et à 23 degrés dans la salle de bain. Les ther­mo­mètres ne coûtent pas cher. Il est naïf de pen­ser qu’on peut se tenir chez soi en t‑shirt en hiver sans consé­quence pour l’environnement et le porte-monnaie.

  • Pompe de cir­cu­la­tion de la chau­dière
    Faites rem­pla­cer votre vieille pompe par un modèle moins gour­mand en énergie.

  • Courbe de chauffe/température de départ/abaissement noc­turne
    Véri­fiez ces para­mètres ou faites-les réini­tia­li­ser par le tech­ni­cien en charge du service.

  • Radia­teurs
    Si les radia­teurs émettent des gar­gouillis et ne chauffent plus vrai­ment, videz-les de leur air et dotez-les d’une vanne ther­mo­sta­tique pour régu­ler la four­ni­ture de chaleur.

  • Chauffe-eau
    Une tem­pé­ra­ture de 60 degrés suf­fit pour le chauffe-eau. Selon la dureté de l’eau, un détar­trage s’impose tous les 3 – 5 ans.

  • Une douche plu­tôt qu’un bain
    Rem­plir une bai­gnoire néces­site 170 litres d’eau chaude, se dou­cher seule­ment 50, et encore moins avec un pom­meau économique.

  • Lampes basse consom­ma­tion
    Rem­pla­cez les ampoules à incan­des­cence éner­gi­vores par des LED, qui existent aujourd’hui dans des desi­gns variés et s’adaptent à tous les modèles de lampes.
  • Pen­ser à éteindre la lumière
    Étei­gnez les lampes dans les pièces inuti­li­sées ou ins­tal­lez des cap­teurs de mou­ve­ment qui se char­ge­ront de gérer la lumière en l’éteignant auto­ma­ti­que­ment lorsqu’il n’y a per­sonne dans la pièce.

  • Mode veille
    Désac­ti­vez le mode veille de vos appa­reils en cas d’absence ou d’inutilisation pro­lon­gée et recou­rez à des bar­rettes mul­ti­prises munies d’un interrupteur.

  • Appa­reils ména­gers
    Rem­pla­cez votre vieux frigo et votre lave-vais­selle par les modèles les plus efficients.

  • Sèche-linge
    N’utilisez le sèche-linge que lorsque vous n’avez pas la pos­si­bi­lité de faire sécher votre linge au soleil, une source d’énergie qui ne coûte rien.

  • Réfrigérateur/Congélateur
    Ne réglez pas vos appa­reils en des­sous de 7°/- 18° degrés – moins froid, c’est mieux.

  • Lave-vais­sel­le/­lave-linge
    Choi­sis­sez un pro­gramme éco et ne faites tour­ner les appa­reils que lorsqu’ils sont vrai­ment pleins.

  • Sous-sol non habité/garage
    Étei­gnez le chauf­fage et iso­lez le pla­fond de votre cave. On trouve sur le mar­ché un grand choix de maté­riaux adé­quats faciles à ins­tal­ler soi-même.

  • Portes du loge­ment ou du cou­loir menant à la cave
    En iso­lant ces portes et y appo­sant un petit seuil si néces­saire, vous évi­te­rez les cou­rants d’air froid désa­gréables qui remontent de la cave.

  • Combles
    Vos combles sont inha­bi­tés et ne vous servent que de débar­ras ? Là aussi, l’isolation du plan­cher – qui peut être réa­li­sée soi-même – per­met de sub­stan­tielles éco­no­mies. Une bonne occa­sion de mettre de l’ordre dans le gre­nier, pour n’y conser­ver que le nécessaire.

  • Défauts d’étanchéité
    Les join­tures, par exemple entre les parois et les poutres, pré­sentent sou­vent des défauts d’étanchéité qui causent d’importantes pertes de cha­leur. Iden­ti­fiez ces fuites et bou­chez soi­gneu­se­ment les inter­stices avec du maté­riel de com­ble­ment et un tube de mastic

Abor­dez ces recom­man­da­tions judi­cieuses de manière ludique en vous fixant vos propres « objec­tifs de réduc­tion ». Dis­cu­tez-en avec vos enfants ou vos voi­sins : ils seront sûre­ment ravis de par­ti­ci­per et de s’amuser à qui épar­gnera la plus grande quan­tité d’énergie. La plu­part de ces conseils peuvent être mis en œuvre de suite et ne néces­sitent pas l’intervention d’un arti­san. Dans le cas contraire, l’investissement sera rapi­de­ment amorti grâce aux gains d’énergie. Mesu­rez, contrô­lez, com­pa­rez vos résul­tats, et réjouis­sez-vous des pro­grès accomplis.

Nous vous sou­hai­tons bon cou­rage ! N’hésitez pas à nous contac­ter en cas de ques­tion, nous nous ferons un plai­sir de vous aider.

L’au­teur

Hannes Heuberger

Hannes J. Heu­ber­ger
Conseiller HabitatDurable Pla­teau Suisse, Bau­Be­ra­tun­gen hjh, Wahlendorf

Tra­duc­tion

Béné­dicte Savary

Plus de conseils pour les pro­prié­taires* de logements

Online-Sanierungsratgeber

Le guide de réno­va­tion en ligne de Renovabene

Lorsque les charges aug­mentent, la ques­tion des réno­va­tions éner­gé­tiques devient cru­ciale. Le guide de réno­va­tion en ligne offre un accom­pa­gne­ment pour les pro­prié­taires* et les bailleurs avant, pen­dant et après les réno­va­tions éner­gé­tiques. Ce guide favo­rise les échanges avec les loca­taires et répond à toutes les ques­tions sur les réno­va­tions éner­gé­tiques en rap­port avec la com­mu­ni­ca­tion, la construc­tion, le droit et les finances.

En Suisse, le sec­teur de l’im­mo­bi­lier est res­pon­sable de plus de 40% de la consom­ma­tion d’éner­gie et d’un tiers des émis­sions de C02 du pays. Pour atteindre les objec­tifs cli­ma­tiques, il est néces­saire de réno­ver les bâti­ments, de plus en plus et le plus rapi­de­ment possible.

Les réno­va­tions éner­gé­tiques sont par­fois com­plexes et repré­sentent un défi pour toutes les per­sonnes impli­quées. Le guide en ligne de Reno­va­bene offre un accom­pa­gne­ment com­plet et sou­tient en outre les échanges avec les loca­taires. Ces échanges per­mettent notam­ment d’en­vi­sa­ger un effet posi­tif sur l’a­van­ce­ment des tra­vaux et un résul­tat satis­fai­sant des réno­va­tions. Des textes courts et pré­cis, des exemples réus­sis et des infor­ma­tions com­plé­men­taires répondent aux ques­tions les plus impor­tantes. Voici quelques exemples :

  • Quels sont les avan­tages et les incon­vé­nients de l’as­sai­nis­se­ment d’un immeuble lors­qu’il est occupé ?
  • L’as­sai­nis­se­ment éner­gé­tique de votre immeuble, vous donne-t-il du fil à retordre ?
  • Le recours à un spé­cia­liste de l’im­mo­bi­lier, vaut-il la peine pour les com­mu­ni­ca­tions avec les locataires ?
  • Quand et com­ment dois-je infor­mer les loca­taires pour la pre­mière fois d’un pro­jet de rénovation ?
  • Quelles sont les dis­po­si­tions légales à prendre en compte dans les rela­tions avec les locataires ?

Le rem­pla­ce­ment du chauf­fage, l’i­so­la­tion ther­mique et d’autres mesures sont ren­tables pour les pro­prié­taires et les loca­taires, mais repré­sentent éga­le­ment un défi. Afin d’ai­der les pro­prié­taires de loge­ments dans cette tâche, HabitatDurable par­ti­cipe au guide de réno­va­tion en ligne de Renovabene.ch. Celui-ci offre des réponses à toutes les ques­tions rela­tives à la réno­va­tion d’im­meubles locatifs.

renovabene.ch

Prix: Gra­tuit
En ligne depuis: 2020
Thèmes: Pla­ni­fi­ca­tion, réa­li­sa­tion, exploi­ta­tion, finances, droit, construc­tion et com­mu­ni­ca­tion.
Sou­tien: Ener­gie Suisse, Office fédé­rale de l’éner­gie, Office fédé­rale du Loge­ment
Par­te­naires : HabitatDurable, SVIT, zawo­net, SIG, Raif­fai­sen casa, Loge­ment Suisse, chauffezrenouvelable.ch, wohn­bau­ge­nos­sen­schaf­ten schweiz
Infor­ma­tions com­plé­men­taires: locabene.ch, le guide des réno­va­tions pour les locataires

Conseils per­so­na­li­sés

HabitatDurable-ser­vices conseils

erneuerbar heizen

« chauf­fez renou­ve­lable » pré­sente de nom­breux avan­tages – et c’est si simple !

Pas­ser d’un com­bus­tible fos­sile ou d’un chauf­fage élec­trique direct à une éner­gie renou­ve­lable locale com­porte de nom­breux avan­tages. Cela pro­fite non seule­ment à l’environnement, mais per­met éga­le­ment des éco­no­mies. Un sys­tème de chauf­fage ali­menté aux éner­gies renou­ve­lables est un bon inves­tis­se­ment pour le main­tien de la valeur et du confort de votre mai­son ou immeuble.

Lorsque le chauf­fage arrive en fin de course, il faut sou­vent réagir très vite. Il vaut donc la peine d’exa­ miner les dif­fé­rentes options suf­fi­sam­ment tôt. Plu­sieurs solu­tions sont pos­sibles pour pas­ser d’un com­bus­tible fos­sile ou d’un chauf­fage élec­trique di­rect à un sys­tème de chauf­fage renou­ve­lable: pompes à cha­leur, cha­leur solaire, bois et cha­leur à distance.

Le pro­gramme « chauf­fez renou­ve­lable » de Suis­seE­ner­gie offre de nom­breuses infor­ma­tions et un sou­tien pour pas­ser à des sys­tèmes de chauf­fage uti­li­sant des éner­gies renou­ve­lables. Certes, les solu­tions renou­ve­lables propres et inno­vantes entraînent des coûts d’acquisition plus éle­vés, mais ceux-­ci sont ensuite com­pen­sés par des coûts d’énergie et d’ex­ploitation plus avan­ta­geux. Le cal­cu­la­teur des coûts de chauf­fage de « chauf­fez renou­ve­lable » four­nit une pre­mière esti­ma­tion des coûts pour tous les sys­tèmes et montre les avan­tages finan­ciers à moyen et long terme. En outre, diverses sub­ven­tions et possibi­ lités de finan­ce­ment réduisent les coûts supplémen­taires initiaux.

Conseil inci­ta­tif sur place

Chaque bâti­ment a une confi­gu­ra­tion spé­ci­fique. C’est pour cette rai­son qu’un conseil inci­ta­tif « chauf­fez renou­ve­lable » est très utile. Plus de 2000 pres­ta­taires de conseil inci­ta­tif, dont des experts et ex­ pertes d’HabitatDurable, sont à dis­po­si­tion dans toute la Suisse. Après une visite sur place, ils conseillent les pro­prié­taires de mai­sons indivi­duelles, d’immeubles loca­tifs et de PPE de manière per­son­na­li­sée sur le choix du sys­tème de chauf­fage appro­prié, les coûts et la pro­cé­dure à suivre. Dans de nom­breux cas, le conseil inci­ta­tif est sou­tenu par des sub­ven­tions du can­ton, de la com­mune ou d’autres institutions.

Plus-value pour l’avenir

Pas­ser à un sys­tème de chauf­fage à éner­gie renouve­lable en vaut la peine. Vous pou­vez réduire les émis­sions de CO2 de votre bien à un niveau proche de zéro tout en recou­rant à des res­sources locales. Vous aug­mentez ainsi la valeur de votre bien immo­bi­lier, amé­liorez le confort de votre loge­ment et pré­ser­vez la qua­lité de vie pour les géné­ra­tions futures.

Le pro­gramme « chauf­fez renou­ve­lable » de SuisseEnergie

Pas­ser d’un chauf­fage à com­bus­tible fos­sile ou élec­trique direct à une éner­gie renou­ve­lable locale pré­sente de nom­ breuxa­van­tages. Que ce soit pour des mai­sons indi­vi­duelles, des im­ meubles loca­tifs ou des PPE : « chauf­fez renou­velable » offre de pré­cieuses infor­ma­tions pour pas­ser aux éner­gies renou­ve­lables et, par le biais du conseil inci­ta­tif, un sou­tien pro­fes­sion­nel pour choi­sir le sys­tème de chauf­fage optimal.

Pour plus d’informations : chauffezrenouvelable.ch

L’Au­teur

Oli­ver Wim­mer
CRK Kom­mu­ni­ka­tion, Krea­tion & Kino

Éxtrait de la Revue HabitatDurable 65

Energiewende - Strommix

Le cou­rant que vous consom­mez est-il écologique ?

Tour­nant éner­gé­tique: L’alliance pour le cli­mat et le com­pa­ra­teur d’électricité myNe­wE­nergy incitent les consom­ma­teurs à contrô­ler leur mix éner­gé­tique local à l’aide d’une carte inter­ac­tive. Tout le monde peut ainsi contri­buer au tour­nant énergétique.

Les médias consacrent de plus en plus sou­vent des sujets à notre appro­vi­sion­ne­ment en élec­tri­cité. Mais les consom­ma­teurs finaux se posent rare­ment la ques­tion de la nature de l’électricité uti­li­sée, pourvu qu’elle sorte sans pro­blème de la prise. Les ménages pri­vés sont aujourd’hui encore liés au four­nis­seur d’électricité local et consomment en géné­ral le pro­duit stan­dard. Pour­tant, beau­coup d’entreprises élec­triques offrent paral­lè­le­ment au pro­duit de base des alter­na­tives avec une plus-value éco­lo­gique. En ache­tant ces der­nières, les ménages contri­buent acti­ve­ment au tour­nant énergétique.

Cou­rant vert lar­ge­ment accepté

Dans la lutte contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, l’électricité joue le pre­mier rôle. La consom­ma­tion de cou­rant issu de sources renou­ve­lables est un élé­ment cen­tral du tour­nant éner­gé­tique. Même si le cou­rant vert est lar­ge­ment accepté, peu de ménages pensent à chan­ger leur mode d’approvisionnement. Le pro­duit offert com­por­tant beau­coup de cou­rant hydrau­lique semble les satis­faire. Les loca­taires ignorent sou­vent que la four­ni­ture de l’électricité dépend du four­nis­seur local et non du bailleur. Avec le com­pa­ra­teur d’électricité myNe­wE­nergy, l’alliance pour le cli­mat sou­haite sen­si­bi­li­ser le public à ce pro­blème et l’inciter à s’approvisionner en élec­tri­cité éco­lo­gique. Les consom­ma­teurs peuvent voir sur la carte inter­ac­tive quel est le mix offert dans leur com­mune. Ils peuvent aussi chan­ger direc­te­ment leur mode d’approvisionnement et choi­sir un pro­duit plus écologique.

L’hydraulique ne suf­fit pas pour réa­li­ser le tour­nant énergétique

La force hydrau­lique repré­sente déjà aujourd’hui la plus grande part dans l’offre stan­dard en élec­tri­cité en Suisse (sur­faces jaunes sur la carte). C’est bien, mais pas suf­fi­sant. Afin de pou­voir rem­pla­cer d’ici à 2035 la part de l’électricité pro­duite par les cen­trales nucléaires, il faut rapi­de­ment élar­gir l’offre en élec­tri­cité solaire et éolienne. C’est éga­le­ment ce que pré­voit la stra­té­gie éner­gé­tique de la Confé­dé­ra­tion. « Nous vou­lons mon­trer à l’aide de la carte les endroits où le tour­nant éner­gé­tique a été amorcé et là où il faut faire un effort », témoigne Chris­tina Mar­chand, direc­trice de myNewEnergy.

Que coûte un chan­ge­ment vers un cou­rant plus vert ? À titre d’exemple, chez Romande Ener­gie, pour pas­ser du pro­duit Terre Suisse (stan­dard, 100 % hydrau­lique) à Terre d’ici (50 % de solaire), une famille avec deux enfants débour­sera CHF 5.– de plus par mois.

Éxtrait de la Revue HabitatDurable 64

Cover habitatdurable 64 novembre 2021

Abon­ner maintenant

Revue « HabitatDurable »

L’au­teure

Foto der Autorin Beatrice Jäggi

Bea­trice Jäggi
mynewenergy.ch

Plus d’in­for­ma­tions

mynewenergy.ch

Pom­meau de douche écologique

Éco­no­mi­sez de l’éner­gie sans faire de com­pro­mis sur le confort ! Avec une nou­velle géné­ra­tion de dou­chettes éco­no­miques, les membres d’Ha­bi­tat­Du­rable peuvent béné­fi­cier d’un équi­pe­ment moderne à prix avantageux !

Éco­no­mi­ser de l’eau chaude signi­fie aussi éco­no­mi­ser de l’éner­gie sur le chauf­fage. Le poten­tiel est énorme : en moyenne, il est pos­sible d’é­co­no­mi­ser 550 kWh par an, soit autant que la cui­si­nière et le lave-linge réunis.

Habi­tat­Du­rabe a déjà mené des actions avec des dou­chettes à prix réduits. Lors de la der­nière action, envi­ron 400 membres d’Ha­bi­tat­Du­rable se sont équi­pés de dou­chettes éco­no­miques et éco­no­misent ainsi ensemble chaque année envi­ron 220’000 kWh d’éner­gie, 3’700 m3 d’eau chaude et émettent envi­ron 30 tonnes de CO2 en moins.

En rai­son de l’ac­tua­lité, HabitatDurable réitère cette action et invite tous les membres dis­po­sant d’un chauf­fage au mazout ou au gaz et qui ne sont pas encore équi­pés de dou­chette éco­no­mique d’en com­man­der une pour le prix de 10 CHF au lieu de 37 CHF.

Les sub­ven­tions visent à l’o­ri­gine à éco­no­mi­ser du CO2. C’est pour­quoi tous les ménages qui sont déjà pas­sés aux éner­gies renou­ve­lables pour la pro­duc­tion d’eau chaude reçoivent une sub­ven­tion réduite (240 CHF au lieu de 37 CHF). En rai­son des prix éle­vés actuels de l’éner­gie, l’a­dap­ta­tion est déjà finan­ciè­re­ment ren­table après quelques semaines. Par ailleurs, une seule douche au maxi­mum est sub­ven­tion­née par ménage.

La dis­tri­bu­tion de ces pom­meaux est un pro­gramme validé par l’Office fédé­ral de l’environnement et vise à réduire les émis­sions de CO2 de 5’000 tonnes par an dans toute la Suisse, grâce à une réduc­tion de la consom­ma­tion d’eau allant jusqu’à 50 %.

Publicité