Schliessen

Casafair Logo
20140913 Kalkbreite Hof 03 VolkerSchopp

200 mil­lions de moins pour les loge­ments abordables

La déci­sion du Conseil natio­nal de bais­ser les cau­tion­ne­ments pour les loge­ments d’utilité public est incom­pré­hen­sible. Elle est d’autant plus éton­nante que nous vivons actuel­le­ment une crise sans pré­cé­dent. L’encouragement à la construc­tion de loge­ments abor­dables est un man­dat consti­tu­tion­nel. Pour HabitatDurable, asso­cia­tion des pro­prié­taires conscients des enjeux envi­ron­ne­men­taux et sociaux, le besoin de plus de loge­ments abor­dables est incontesté.

Le Conseil natio­nal a voté le 16 décembre 2020 par 125 voix contre 64 une dimi­nu­tion du cré­dit cadre des­tiné à aider à finan­cer des loge­ments d’utilité publique. Ce cré­dit passe de 1,9 mil­liards à 1,7 mil­liards. En ce fai­sant, la Chambre basse a décidé de suivre la pro­po­si­tion du Conseil fédé­ral et des com­mis­sions préparatoires.

La Confé­dé­ra­tion per­met par des cau­tion­ne­ments la construc­tion et la réno­va­tion de loge­ments abor­dables. Actuel­le­ment, ce cau­tion­ne­ment per­met de finan­cer 35’000 loge­ments. Les éco­no­mistes s’attendent cette année à la baisse la plus dras­tique du PIB depuis des décen­nies. Le chô­mage croit. De nom­breux chan­tiers sont à l’arrêt ou en retard en rai­son de la situa­tion sani­taire. Les Suisses ont donc plus que jamais besoin de loge­ments qui échappent à la spé­cu­la­tion et qui offrent des loyers en moyenne 20% en des­sous du mar­ché, comme c’est le cas des loge­ments d’utilité publique. Pour HabitatDurable, il est incom­pré­hen­sible que dans la situa­tion actuelle, les moyens alloués aux loge­ments abor­dables soient amputés.

Pour Clau­dia Friedl, pré­si­dente d’HabitatDurable, le vote du Conseil natio­nal est un mau­vais signal. La situa­tion sur le mar­ché du loge­ment ne s’est pas déten­due, il est donc inadapté de réduire le financement.

Il est à rele­ver que ce pro­gramme d’aide au loge­ment par des cau­tion­ne­ments existe depuis 18 ans et qu’aucun paie­ment n’a été exigé depuis lors ; il n’a donc rien coûté aux contribuables !

Les sta­tis­tiques de l’Office fédé­ral du loge­ment démontrent que la part des ménages qui consacrent plus d’un tiers de leur revenu au loyer est crois­sante depuis 2009. Le poids du loyer repré­sente un quart du bud­get des ménages qui ont un revenu en-des­sous de CHF 6000.-. Le fait que le nombre de loge­ments vacants est rela­ti­ve­ment élevé démontre seule­ment que l’offre de loge­ments ne cor­res­pond pas à la demande.

Le 18 décembre 2020, Vero­nika Pan­tillon a donné un inter­view sur Radio Cité Genève rela­tif à la déci­sion du conseil National.

Pour réécou­ter : Radio Cité, News-Flash du 18.12.2020.



Bildquelle

  • Sied­lung Kalk­breite, Hof 03: Genossenschaft Kalkbreite, Volker Schopp

Publicité